diviser pour mieux gérer : partage des congés parentaux et vie de famille avec bébé.
Parentalité

diviser pour mieux gérer : partage des congés parentaux et vie de famille avec bébé.

5 minutes

Lorsque l’on devient parent, gérer le quotidien est loin d’être simple. En grande partie parce que « le quotidien » est assez chargé : tâches ménagères, factures, travail, horaires de garderie, cuisine… La liste est longue.

Mais cela ne veut pour autant pas dire que c’est impossible : si chacun communique ouvertement et y met du sien, alors même le couple le plus désorganisé peut ressembler à une équipe d’experts.

Pour vous aider dans votre parcours, nous avons demandé à d’autres parents de nous faire part des défis qu’ils ont rencontrés et comment ils ont réussi à partager les tâches pour mieux les gérer.

Y mettre du sien 

« Avec Mark, mon mari, nous sommes passés d’un T2 à un T4 en quelques mois avant la naissance de notre bébé, et cette "double" transition s’est avérée en réalité assez difficile. », explique Laura, mère d’Elodie, âgée de trois ans. « Honnêtement, je pense qu’il a fallu attendre qu’Elodie ait environ 18 mois avant de réussir à gérer la maison et le bébé sans se disputer ! »

« Nous nous disputions beaucoup la première année parce que j’avais le sentiment que Mark n’en faisait pas assez. Pour lui, comme je restais à la maison avec le bébé, il était normal que je doive prendre soin de la maison. Avec du recul, cela peut paraître injuste, mais quand on est à la maison avec un nouveau-né, même faire la vaisselle devient une tâche monumentale. Du coup, quand il rentrait à la maison et laissait son assiette dans l’évier, je m’emportais. De plus, avec l’allaitement et tout le reste, vous êtes incapable de faire quoi que ce soit la plupart du temps, et c’est là qu’on se rend compte de tout ce qu’il y a à faire à la maison !

Mark a finalement fait des efforts, et quand il s’est mis à demander ce qu’il pouvait faire pour m’aider dès qu’il rentrait du travail, j’ai vraiment commencé à apprécier.

Quand j’ai repris le travail, les choses se sont ajustées et nous venons tout juste de trouver naturellement nos rôles respectifs. Je couche Elodie pendant qu’il cuisine, je la lave pendant qu’il sort le chien, etc. Nous avons fini par y arriver ! »

Bien définir les rôles

« Avec ma compagne, nous dirigeons notre propre entreprise et travaillons quatre jours par semaine », explique John, papa de Billy, 18 mois. « Dès que nous avons su que nous allions devenir parents, j’ai insisté pour que nous prenions le temps de discuter. Nous avons parlé de la répartition des tâches, jusqu’à nous mettre d’accord sur qui devrait payer les factures ! On aimerait se dire que quelque chose d’aussi banal que le ménage ne peut pas devenir un problème pour le couple. En réalité, j’ai vu beaucoup de parents avoir du mal à trouver la bonne formule et ce genre de situation créait beaucoup de tension entre eux.

Cela n’a pas été trop compliqué pour nous, car nous faisons chacun ce que nous aimons faire. Par exemple, ça ne me dérange pas de cuisiner, alors que Jason est content de s’occuper des lessives. L'approche peut sembler un peu rigide, mais elle fonctionne vraiment bien pour nous ! »

Quelle que soit votre façon de partager les tâches, déléguez...

Il est aussi parfois possible de partager le congé parental...

« Mon mari et moi avons eu la chance de partager un congé parental. Je me suis occupée du bébé les six premiers mois, puis Gareth les trois mois suivants », explique Alicia, mère de Mason, deux ans. « Je travaille de chez moi, alors j’ai trouvé que c’était la solution idéale. J’aurais ainsi la chance de pouvoir être là pour assurer l’allaitement et voir Mason à tout moment, pendant le congé parental de Gareth.

En réalité, la situation s’est avérée beaucoup plus difficile que prévu. Gareth n’arrêtait pas de me demander de l’aide, pour charger la voiture par exemple ou simplement pour garder Mason pendant qu’il prenait une douche. Je trouvais ça injuste, car je n’avais pas eu droit à ce soutien au cours des six premiers mois !

Mais je me suis aussi surprise à donner des conseils à Gareth ce qui, avec du recul, était probablement injuste envers lui. Je crois qu’il devait se dire que, comme j’avais été en charge pendant les six premiers mois, je me permettais de surveiller ses moindres gestes, ce qui a affecté sa confiance en lui.

Cela étant, je le referais sans la moindre hésitation et je recommande vivement de partager le congé parental, car pour l’avoir vécu, Gareth comprend vraiment la difficulté de rester à la maison avec le bébé. C'est inestimable. Et je suis sûre que ce partage à créé le lien père-fils. Finalement, peu importe qui prend le congé ou pendant combien de temps, s’occuper d’un bébé au cours des premiers mois, ça change la vie, avec son lot de petits défis quotidiens et de moments qui font grandir. »

Mais le partage du congé parental reste rare… et jongler entre son bébé et les horaires de bureau peut être vraiment difficile.

« Quand je suis retournée au travail après mon congé maternité, j’ai eu l’impression d’être la seule maman à travailler cinq jours par semaine, mais financièrement, il m’était impossible de faire autrement. », explique Lucie, mère de Léo, trois ans.

« Au début, c’était vraiment horrible, je me sentais sans cesse coupable. Je n’avais pas la tête à travailler et je courais tout le temps pour rentrer voir Léo aussi vite que possible. Du coup, j’avais le sentiment de ne rien faire pleinement et de n’être ni une bonne mère ni une bonne employée. Mais la situation s’est finalement améliorée. Léo adore la crèche, ce qui aide beaucoup. Quand j’ai repris le rythme du travail, j’ai aussi repris confiance en moi et j’ai cessé de m’inquiéter de ma performance. Je travaille toujours à plein temps, mais j’ai négocié un peu de flexibilité pour que mes heures de travail correspondent davantage au rythme de Léo. En plus, mon deuxième fils est attendu dans quelques mois. Je suis vraiment impatiente de retourner à la maison avec ma famille. »

articles similaires.

restons en contact.

Recevez toutes les actualités sur les nouveaux produits et les témoignages de notre communauté. Nous nous engageons à ne pas vous envoyer de courrier indésirable.

s’inscrire