Un père changeant son bébé
Grossesse et naissance

devenir papa : témoignages et conseils pour les futurs papas.

2 minutes

Si vous êtes sur le point de devenir papa pour la première fois, le simple fait de penser à tout ce qui vous attend vous fera tourner la tête.

L’engouement suscité par la naissance de votre nouvel enfant — et les semaines qui suivent — est souvent mêlé à quelques angoisses. L’accouchement se déroulera-t-il bien pour votre partenaire ? Votre enfant sera-t-il en bonne santé ? Comment ferez-vous face aux nuits sans sommeil alors que vous devrez aussi veiller sur eux pendant toute la journée ? Et parviendrez-vous à créer des liens avec votre enfant avant de devoir retourner au travail ?"

Partagez vos appréhensions

"Il n’existe pas vraiment de guide pour devenir parent, mais si les mères sont souvent encouragées à partager leurs inquiétudes et leurs angoisses, les pères peuvent parfois se sentir à l’écart et par conséquent être moins enclins à s’ouvrir sur le sujet. Après tout, en comparaison de ce que les femmes ont à subir — accouchement, allaitement, etc. — les inquiétudes du père sont-elles vraiment justifiées ?

Oui, elles le sont.

Dans la cellule familiale, chaque parent a un rôle d’importance égale. Donc, si quelque chose vous tracasse, il ne faut surtout pas hésiter à en parler. Pour vous y aider, nous avons échangé avec quelques pères sur leurs premiers pas dans leur nouveau rôle de papa et la façon dont ils ont fait face aux épreuves qui se sont présentées à eux.

"

Les premiers pas dans la salle d’accouchement

"Il y a eu des moments pendant l’accouchement où je me sentais totalement inutile », explique James, père de Joseph, âgé de trois ans. « À un moment donné, ma partenaire avait si mal qu’il m’était impossible de lui parler. Et même quand j’y parvenais, je ne trouvais pas les mots pour qu’elle se sente mieux.

Tout le monde dans la pièce avait un rôle à jouer, quelque chose à faire, et moi je me tenais debout, mal à l’aise. Mais très vite, les sages-femmes ont eu besoin de savoir ce qu’il s’était passé avant notre arrivée à la maternité. Elles ont donc commencé à me poser toutes sortes de questions, notamment pour savoir quand ma compagne avait perdu les eaux ou à quelle heure elle était arrivée à l’hôpital. Cela m’a aidé à me sentir utile.

Après la péridurale, les choses se sont calmées. Je devais simplement être à ses côtés, lui apporter à boire ou tout ce dont elle avait besoin. Puis, quand il a fallu pousser, je l’ai encouragée, en lui disant à quel point tout se passait bien et qu’elle y était presque. Quand notre fils est né, j’ai ressenti un immense soulagement. Je n’en revenais pas à quel point il me ressemblait ! C’était un sentiment très étrange, et c’est aussi ce qui m’a le plus marqué quand j’y repense !"

Un père changeant son bébé

Devenir père au foyer

"Ma femme venait tout juste d’être promue à un poste de direction dans son entreprise lorsqu’elle est tombée enceinte de notre petite fille Evie » raconte Stefan, le papa. « Moi, en revanche, j’étais en plein changement de carrière après avoir passé des années dans un poste mal rémunéré que je n’aimais pas. On voulait éviter d’envoyer Evie à la crèche. Nous avons donc décidé que je serais père au foyer une fois le congé de maternité de ma femme écoulé.

Lorsque mon épouse est retournée au travail, j’ai commencé à m’inquiéter, principalement à cause de l’argent, car nous devions ajuster notre niveau de vie. Nous devons faire un peu plus attention maintenant, mais on y arrive. Nous avons mis fin aux petits « luxes » dont on pouvait facilement se passer, comme les forfaits télé et les plats à emporter, pour économiser suffisamment d’argent et nous concentrer sur les choses essentielles, quelques sorties ainsi que des vacances au moins une fois par an. Et quand parfois je repense à ces années passées sans avoir à faire attention à nos dépenses, je me remémore tous les bons moments passés avec ma fille et cela me rappelle mes vraies priorités !"

Un père passant du temps avec bébé

Quand votre enfant vous manque

"Cela a été difficile pour moi quand j’ai réalisé à quel point je souffrais de ne pas voir mon fils, Jay, grandir. » explique son papa, Jamie. « Je le voyais un peu le matin, puis je me dépêchais de rentrer le soir pour lui faire prendre son bain et le coucher, mais je n’avais pas l’impression de partager des moments forts avec lui. C’était difficile de l’admettre à ma femme, car elle était épuisée et je ne voulais pas en rajouter, mais quand je lui en ai parlé, ça l’a soulagée de savoir que je voulais passer plus de temps avec notre enfant. Maintenant, le week-end, je fais en sorte d’avoir des moments rien qu’avec lui. J’ai installé un siège à l’avant de mon vélo pour lui, c’est notre truc à tous les deux. C’est génial. J’essaie aussi de prendre un jour de congé tous les quinze jours. C’est devenu le jour de papa et de Jay. Cela m’a beaucoup aidé."

Devenir papa est une expérience formidable, mais cela apporte aussi son lot d’inquiétudes, de fatigue et de pression. Si vous traversez des moments de doute, sachez que vous n’êtes pas le seul. Partagez vos angoisses et rappelez-vous : les peurs ne sont jamais un signe de faiblesse, elles montrent simplement que vous êtes consciencieux.

articles similaires.

restons en contact

Recevez toutes les actualités sur les nouveaux produits et les témoignages de notre communauté. Nous nous engageons à ne pas vous envoyer de courrier indésirable.

s’inscrire